Le "vélo solidaire" outil de la Coopération Vauréal - Kétou

L'entraide GSV - l'ONG La Coquille de Kétou



Régis NEDELEC, Président de l'Association GSV (France) a rencontré Urbain HOUNYETIN, Président de l'ONG La Coquille (Kétou), lors d'une mission à Kétou en novembre 2011.

Cela a été l'occasion pour conclure une Convention de rapprochement entre les deux associations. Cette démarche vient confirmer l'avancée de la Coopération Institutionnelle Vauréal - Kétou.

Régis s'est attaché à Kétou après avoir participé aux travaux de réparation des vélos que la Ville de Vauréal a envoyés par container à Kétou dans le cadre de l'Opération dit "un vélo pour un collégien de Kétou"


A quoi peut aboutir la Convention d'Entraide entre les deux associations ?

L'association GSV est en relation avec des ONG françaises qui manifestent le désir de connaître le Bénin.

A l'avenir, GSV pourra servir de facilitateur d'échanges entre ces ONG et La Coquille et collaborer à la concrétisation d'actions indépendamment de celles qui engagent déjà les deux Collectivités. Ces interventions viendront en appui des objectifs de La Coquille.


L'ONG La Coquille a pour objet de soutenir les enfants défavorisés.

Grâce aux actions communes que GSV et La Coquille mettront en œuvre, les deux Partenaires institutionnelles pourront s'enorgueillir de créer des activités génératrices de revenus pour les acteurs locaux Kétois.

La Convention Vauréal - Kétou prévoit effectivement le rapprochement des acteurs associatifs des deux Villes.


La financement de vélos neufs afin d'agrandir le parc Vélos Solidaires de Kétou participe de cette démarche.

Tout comme les vélos "dits venus de France", les vélos neufs "dits locaux" sont destinés à soulager les jeunes collégiens qui résident loin de leur établissement.

La Commune de Kétou a fait appel aux artisans réparateurs locaux pour monter les vélos. L'entretien et la réparation de tout le parc "vélos solidaires" seront assurés par ces derniers.


La gestion du parc de vélos solidaires contribue à générer des revenus pour les réparateurs. 

Les deux Communes ont exprimé le souhait de pérenniser l'Opération "un vélo pour un collégien". Toutefois, ce n'est possible qu'à la condition de louer les vélos aux familles des collégiens à un coût non rédhibitoire pour la démarche.

Il convient de souligner que cette activité ne vise nullement à rechercher des profits. Il importe néanmoins que l'activité d’auto-suffise.

En d'autres termes, la Coopération Vauréal - Kétou serait durable si elle aboutit à une démarche de l’Économie Sociale et Solidaire.

 



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site